La nuit passée à l’hôtel “El Peregrino” fut des plus reposantes… Après le petit-déjeuner nous nous préparons à nous mettre en route, bien décidé, moi, à ne plus suivre le Camino le long de la Nationale, mais bien la Calzada romana. Au départ de Burgo Ranero, il est possible de la rejoindre en se dirigeant vers la voie de chemin de fer. La gérante de l’hôtel nous le déconseille, trop d’eau et trop de boue sur les chemins, nous dit-elle... mais je soupçonne qu’elle ait plutôt intérêt à ce que les pèlerins empruntent le “Camino real” et pas cette voie alternative qui contourne Burgo Ranero. Commerce oblige ! Quoi qu’il en soit, je suis bien décidé à le faire, boue ou pas boue !

Eduardo et David décident de ne pas m’abandonner, solidarité pèlerine oblige... Le soleil offre un lever époustouflant mais de courte durée. Quel bonheur de m’être écouté aujourd’hui car la calzada est calme et de toute beauté. Trois heures durant, nous marchons sur cette large et longue chaussée romaine jusqu’à Reliegos.  

Une pause s’impose au bar d’Elvis, réputé sur le chemin. Cela tombe bien car il pleut à verse en arrivant. On ne sera pas déçu et la pluie aidant, nous y resterons près de 4 heures. Une dizaine de bières et de verre de vin plus tard, nous redémarrons l’esprit enveloppé dans une sorte de brume légère… 

Un peu plus d’une heure plus tard,  Mansilla de las Mulas est en vue. Sieste immédiate, l’effet soporifique des bières aidant… La suite s'enchaîne rapidement : repas léger, discussion avec une finlandaise…

Bon à savoir :
  • Privilégier la variante du Camino par la Calzada !
  • Étape indispensable : le bar d’Elvis à Reliegos.

Écrire commentaire

Commentaires : 0