Petite étape de 15 km ce matin. Objectifs : arriver tôt à Pamplona pour découvrir la ville, flâner dans le centre historique, se reposer… et profiter des incontournables bars à pinchos (ou tapas) ! 

6h30, je savoure de marcher seul dans la fraîcheur matinale avec pour seules lueurs les étoiles (la voie lactée) ponctuant le ciel encore recouvert par la nuit. 


Zuriain, un bar passé le pont où je croise Jean-Michel. Deux cafes con leche… Marcher, seulement marcher… En chemin, je dépasse une jeune iranienne, 31 ans, au parcours suisso-québécois avec qui je partage de passionnantes discussions qui nous entraînent sur les chemins de la condition féminine en Iran et du nationalisme… Peu avant Pamplona, nous retrouvons Jean-Michel qui a eu l’occasion à de multiples reprises de voyager en Iran et me confirme ce que d’autres m’avaient déjà décrits : l’Iran est un pays à découvrir et qui, malgré certaines réserves, ne correspond pas à certains clichés et slogans véhiculés par les médias européens.

Arrivée après 4 heures de marche seulement. Direction l’Albergue “Jesus & Maria”, une ancienne église désacralisée reconvertie en dortoir à pèlerins. En attendant l’ouverture prévue à midi, direction la Plaza del Castillo avec Jean-Michel pour se prendre deux cañas (verres de bière).

L’après-midi file à vive allure… : douche, pinchos, sieste, visite de la cité… sans oublier le massage de mes mollets par Daria, une italienne du nord, masseuse de profession ! Les chemins se croisent... et se recroisent... où se séparent, de nouvelles têtes apparaissent, d’autres disparaissent… Cette diversité de rencontres et d’échanges sans contraintes et liens figés, c’est peut-être aussi une des caractéristiques du Camino. Et ce qui fait son charme...

18h30, je savoure seul l’ambiance d’une fin de journée sur la Plaza del Castillo. Le soleil se couche derrière les façades, laissant progressivement le froid recouvrir la ville…


Bon à savoir : l’Albergue “Jesus & Maria” (7€) est à conseiller. Il s’agit d’une ancienne église désacralisée reconvertie en dortoir à pèlerins.

Écrire commentaire

Commentaires : 0