Ma première nuit sur le sol andalou ne fut pas de tout repos. Pas tant les ronfleurs qui, en temps normal, m'auraient fait imaginer des représailles les plus sordides mais la Calle, la rue et son brouhaha nocturne à l'heure où toute l'Espagne passe à table. Mais allez savoir pourquoi, ce bruit là, d'une certaine manière, je l'apprécie... ou du moins je l'accepte. Passé 2 heures du matin, le calme revint et je pus trouver le sommeil, aidé, je l'avoue, de boules Quiezz profondément ancrées dans les oreilles.

Le petit-déjeuner self service se révèle à la hauteur du prix du logement : des biscottes et du café soluble... et de la confiture de qualité moyenne.

Demain je suis décidé à me mettre en chemin. Aussi aujourd'hui sera ma journée de découverte de la ville. Mais d'abord il me faut me procurer la CREDENCIALE, le "passeport du pèlerin" qui prouve, moyennant un cachet apposé à chaque étape du parcours que je fais bien le chemin de Saint-Jacques. Au-delà du plaisir jubilatoire que j'aurai à vous le montrer à mon retour pour bien vous prouver que je ne suis pas parti dans le sud de l'Europe pour me dorer la pilule sur les plages (vous me connaissez...), la Credencial de los Peregrinos est indispensable pour pouvoir accéder aux logements pour pèlerin le long du chemin. La petite porte sur le côté de la Cathédrale où il est possible de se la procurer est fermée. J'aurai peut-être un peu plus de chance cet après-midi... mais la chance me sourit à deux pas de là, à l'info-tourisme où l'employée m'informe qu'elle peut également me procurer ce document. Et me voilà avec le carnet du bon pèlerin (on accepte d'adhérer à des principes en signant une attestation préalable à son obtention) pour mon départ demain.

Ce matin, direction sud-est de la ville vers la Plaza de España, el Parque de Marialuisa, non sans avoir visité le musée du costume et des arts populaires (entrée gratuite pour les européens) où on peut découvrir des objets anciens, notamment ceux liés aux vieux métiers agricoles ou artisanaux (culture de l'olive, céramiques...) . L'après-midi, direction nord vers Alameda de Hercules, la Macarena, en passant par le Centre et diverses églises... De superbes maisons et patios aux couleurs jaune ocre et rouge brique...

Une journée de visite, c'est court... et long quand on n'a pas de guide ou de fil conducteur de visite. Mais la ville est belle et agréable à découvrir à pied et c'est peut-être là l'essentiel... Dernier constat que je partage avec un français de l'auberge : les plus belles filles du monde sont concentrées à Seville !

Écrire commentaire

Commentaires : 0