Pour mon 10 ème jour de marche, 36 km à parcourir en deux étapes : 20 km le matin pour rejoindre Alcuescar et 16 km l'après-midi pour arriver à Aldea del Caño. Aussi ce matin je décide de démarrer tôt au lever du jour. 8h15, l'heure du départ a sonné après un bocadillo éclair pris avec Hans au bar du village.

Je ne vais pas encore vous casser les pieds... avec mes problèmes d'ampoules qui me font toujours souffrir mais une nouvelle a fait son apparition au pied droit... Le chemin traverse le Parc naturel de Cornalvo où les chênes et chênes-lièges se profilent jusqu'à l'horizon. Dans la fraîcheur du matin, les alouettes lulus sont en voix et m'accompagnent tout au long de ma marche en solitaire. L'après-midi, mes pieds, gonflés par la chaleur n'en peuvent plus.

Je suis "cassé" quand j'arrive... Vous me demanderez peut-être ce qui me pousse à poursuivre dans ces conditions. Je me le demande... Est-ce la volonté de me dépasser ou de prouver quelque chose (à moi-même ?) ? La peur d'échouer dans ce que j'ai décidé d'entreprendre ? La peur de "perdre la face" (devant qui ?)? A moins que ce ne soit une "fuite en avant" ? Je n'en sais rien... D'ailleurs, depuis deux jours j'envisage de faire un break de quelques jours ou de changer mes plans (et pourquoi pas suivre des cours d'espagnol ?) si la situation ne s'améliore pas. Mais je suis confiant car elle devrait s'améliorer demain où, à Caceres, un "paquet salvateur" devrait m'y retrouver avec deux paires de chaussures venues tout droit de Belgique ! En attendant, pour les derniers kilomètres, j'enfile mes sandales...

Écrire commentaire

Commentaires : 0