Ce matin, un petit air de printemps souffle dans les Dehesa d'Aldea del Caño. Les oiseaux chantent à s'égosiller, comme un 1er mai : alouettes lulus, huppes fasciées, cochevis huppés, bruants proyers... ils sont tous là.

Ah, l'Espagne, ses tapas, son vino tinto et son menu del dia... quand ce n'est pas el menu del pelegrino. Qu'il est difficile de résister aux multiples tentations culinaires après une journée de marche. Et le résultat est là . Hier, avec horreur (enfin, relativisons...), j'ai constaté que les bourrelets ventraux que j'avais réussi à perdre cet été en marchant font leur réapparition. Je suis sur la mauvaise pente ;-) Promis, juré, je vais prendre quelques bonnes résolutions pour retrouver une vie saine sur le Camino. Lesquelles ? Euh... à mon retour, je vous expliquerai en détail ma nouvelle méthode pour perdre du poids. Car, certains le savent, je m'y connais en méthode de régime... qui marchent !

14 heures, j'arrive à Cacères par la Calle (rue) Oceano Atlántico... Je dois être sur le bon chemin ! Depuis ce matin, je me sens ragaillardi à l'idée de trouver le "paquet salvateur" dont je vous ai parlé précédemment. Et en arrivant à l'Auberge Las Veletas, il est là, le colis, avec ses deux paires de vieilles godasses. Pour peu, je les embrasserais ! Merci Valérie, grâce à toi je pourrai enfin prendre mon pied sans souffrir sur le Camino ! ;-) Merci aussi pour le chocolat Made in Belgium, si rare ici !

Au programme de ces prochaines heures à Cacères : déambuler, flâner dans la vieille ville, écrire, lire sur la Plaza Major... un autre côté agréable de la vie du pèlerin...

Écrire commentaire

Commentaires : 0