Après la pluie, le beau temps ! Ciel bleu pur ce matin, lavé par les ondées de la veille. 8h30, petit déjeuner "explosif". Jugez plutôt... Pour agrémenter nos "tartines", nous demandons à Don Blas s'il n'a pas de la marmelada. Que si, de mora, nous dit-il ! Il nous sort un bidon en plastique de 5 litres à moitié rempli de belle couleur rouge bordeau qu'il n'a pas le temps d'ouvrir, le capuchon explosant dans sa figure et l'immaculant, ainsi que le plafond de la cuisine, d'une giclée de mélasse liquide fermentée ! Si vous passez par là, levez les yeux dans la cuisine qui doit encore garder les traces de l'explosion...

Un vent de nord-est, piquant, souffle. Le soleil burine la peau. Le décor : des plaines "de savane" à perte de vue avec, au loin, des collines. Je marche d'un bon pas. Après trois heures de marche, un croisement. A droite, la piste pour les vélos. A gauche, le sentier pédestre qui grimpe. Au sommet de la colline, des éoliennes tournent leurs pales à l'infini face au vent en faisant un bruit de machine à laver. Et tout alentour, à 360 degrés, la meseta, à perte de vue...

L'après-midi, les kilomètres défilent rapidement... 15h30, le village de San Pedro de Rosado est en vue...

Écrire commentaire

Commentaires : 0