Passé une colline, Salamanca est en vue, à quelques kilomètres, après avoir parcouru une vingtaine de km ce matin. Il est midi ou presque. Le soleil, le vent, le calme... et en contrebas, je distingue au loin, un chêne remarquable, probablement pluricentenaires. L'arbre et l'endroit ont quelque chose de fort, de magique même et je me plais à imaginer que des milliers de pèlerins ont du s'y reposer.

L'endroit est reposant et inspirant. Je passerai une partie de l'après-midi à écrire sous les frondaisons de l'arbre protecteur avant de redémarrer. Salamanca, d'abord comme un mirage, se rapproche petit à petit...

Écrire commentaire

Commentaires : 0