Lever à 7h00, déjeuner à 7h30 au bar pour un départ matinal... Une étape de 34 km, soit 7 à 8h00 de marche aujourd'hui... 8h00, je démarre et emboîte le pas à Angel, sans trop me poser de question et sans avoir au préalable visualisé le topo-guide. Pas de flèche jaune, nous suivons la N525 et sortons du village... Encore un balisage de m.... me dis-je. Après quelques petits km, une borne, enfin ! Nous la suivons... le chemin se perd dans les champs et puis... plus rien ! Pour moi, c'est clair nous faisons fausse route depuis le départ, malgré la borne. Angel prend un chemin de traverse, je préfère rebrousser chemin...

De retour à La Gudina, j'oriente mon topo-guide avec ma boussole. Une route, direction ouest, monte vers les Ventas. Les Ventas sont des hameaux à moitié abandonnés dans lesquels vivent encore une poignée de personnes avec quelques chèvres, vaches et cochons... Je prends la route sur quelques kilomètres et retrouve les flèches jaunes. Il est 9h00, une heure de "perdue". Asi es la vida ! Je marche d'un bon pas et rattrape, après 8 ou 10 km, Jean et Jean-Claude. Je croise les doigts pour qu'Angel arrive bien à l'étape ce soir. Le vent souffle, il fait froid, le soleil fait d'abord de timides apparitions pour forcer finalement les nuages en fin de matinée. Les paysages embellissent sous ses rayons... Ils illuminent des paysages vallonnés et rebondis de moyenne montagne qui ressemblent un peu aux basses Pyrénées. L'hiver, ici, doit être froid et humide !

Malheureusement, si les paysages sont superbes, le Camino qui sillonne les crêtes est largement recouvert de bitume. Rien à voir avec les petits sentiers de la veille... Mais, enfin, la quiétude, sans les nationales et les autoroutes...

13h00, je fais une halte au bar du village de Campobecerros pour un cafe con leche... et un Oruro ! Comme partout dans les bars espagnols, la télévision occupe une place centrale... Et depuis plusieurs jours l'actualité est occupée par la neige qui a fait une apparition plus précoce que habituellement. Avec des sujets "hautement" intéressants : los pueblos los mas frios... Ermitanos en la nieve... Pasión por la nieve... Nieve, un problema para los ganaderos... En attendant, cela remplit les programmes télé... et bourre la tête des téléspectateurs.

13h30, je redémarre. Soleil et grand ciel bleu, je me découvre d'un fil... L'Oruro me fait un peu planer et paradoxalement mes idées s'éclaircissent.

Arrivée à Laza... La journée se termine par un repas roboratif, l'un des meilleurs de la Via de la Plata, au bar derrière l'église du village.

Écrire commentaire

Commentaires : 0