« Col des Poiriers » 21h18… Les grillons commencent à chanter… Un dernier troglodyte et, partout, sur les collines, le son apaisant des cloches qui carillonnent au cou de vaches brunes et blanches accrochées aux collines…

La montée depuis la plage d’Hendaye, début du GR 10 du côté Atlantique, s’est faite sans difficulté. Sous le soleil tapant, après 4 heures de marche, je suis arrivé « là-haut », au col, en sueur… Le « col », je devrais dire une « colette » car il affiche seulement 316 m, pas encore les Hautes-Pyrénées, juste les pieds…

Pour bénéficier de ce spectacle et d'un repos bien mérité, je suis parti tôt ce matin, à 7h40 de la gare de Bruxelles-Midi. TGV direction Paris Nord -> Métro Paris Montparnasse -> TGV Hendaye…

Mon voisin de train, un Bayonnais de 80 ans particulièrement volubile m'adresse la parole. Plein de choses à raconter sur les clubs de foot, le rugby... et bien entendu le Tour de France « qui nous fait voir les plus beaux paysages du pays », sans oublier les miracles de Lourdes. Et les animaux plus intelligents que l’homme, il le sait grâce à 30 millions d’amis… Tout y passe. Et comme il est un peu dur de la feuille, le compartiment en entier peut profiter de ses déblatérations… Il descend à Bayonne emportant avec lui son flot de paroles. Enfin le calme après la tempête ...

Arrivé à la gare de Hendaye à 15h40, je me dirige vers la plage et son casino, point de départ atlantique du GR 10… Une plage noire de monde en maillot de bain où je n’ai pas poussé le vice d'atteindre le « Km 0 » pour goûter à l’eau de mer en me frayant un passage entre les corps huileux et avachis dans le sable. J’aurais fait tache avec mon énorme sac à dos et mes bottines de marche… Comme eux feraient tache, ce soir, en maillot, sur le Col des Poiriers... Nos « niches écologiques » ne se recouvrent pas…

Écrire commentaire

Commentaires : 0