Cette nuit, mon sommeil fut intermittent… Je regarde ma montre, il est 5h30… Je suis réveillé, je décide de me lever et de faire de bonne heure les 3 heures de marche qui me séparent de Cauterets. La descente se passe facilement, mes pieds suivent en rythme cette longue descente régulière. 9h30, je prends un petit déjeuner dans un hôtel ** du centre. Au buffet : œufs, yaourts artisanaux, jus d’orange, salade de fruits frais, jambon, confiture, croissants… Petit-déjeuner royal… qui a un coût : 12 euros (au lieu des 5 à 6 euros payés ailleurs) ! Mais avec ce que j’ai englouti, j'en ai pour mon argent et suis calé pour le reste de la journée !

A Cauterets, un choix se présente à moi : soit faire la version courte du GR 10 qui passe par le Col de Riou (1 journée), soit la version longue vers Luz-Saint-Sauveur en passant par le Lac de Gaube et le Cirque de Gavarnie (2 à 3 jours supplémentaires). Un rapide décompte des jours restant m’empêche de choisir la 2ème option réputée très jolie car je dois être à Luchon avant le 31 août pour reprendre un train.

C’est derrière les Termes de Cauterets que j'emprunte un chemin qui rejoint le GR 10. Ce matin, au programme, 1000 mètres de dénivelés que je fais maintenant sans difficulté pour rejoindre le Col de Riou (913 m -> 1949 m). Dans la montée, derrière moi, j’aperçois un randonneur à l’allure sportive, T-shirt orange, bâtons de marche… Laurent du Périgord ! Nous faisons un petit bout de chemin ensemble mais bientôt je m’essouffle car j’ai du mal à suivre sa cadence. Bonne route !

Dans la descente vers Luz-Saint-Sauveur, mes pieds me font de plus en plus mal, l’horreur ! Est-ce d’avoir forcé mon rythme en voulant suivre Laurent ou l’accumulation des jours de marche forcée précédents, je ne sais… mais je me décide à rejoindre au plus tôt un camping. Aujourd’hui, ce sera donc une « petite » étape de 8 heures. Avec le bonheur de prendre une douche chaude et de laver mes vêtements qui sentent la vieille chaussette ;-) Mes pieds me font toujours horriblement mal, surtout la plante qui est « en feu ». Le reste de l’après-midi, je profite "un max" en bon touriste des opportunités offertes par la ville aux vacanciers : une terrasse, un café liégeois, une blanche, qu’espérer de mieux sous le soleil caniculaire ?

Bon à savoir et à promouvoir ailleurs : la médiathèque de Luz offre gratuitement un accès internet pendant 30 minutes, largement suffisant pour envoyer quelques mails.

Luz-Saint-Sauveur est animé avec son flot de touristes mais aussi son va-et-vient de voitures qui traversent continuellement la ville par la D921 allant à Lourdes. Loin du tumulte bruyant de la rue principale, j’ai repéré une pizzéria dans une impasse que je rejoins en fin de journée. Mon voisin de table, un randonneur bruxellois fraîchement pensionné. Je discute longuement avec lui de différents chemins de randonnée qu'il a eu l'occasion de parcourir. 21h30, fatigué, je rentre au camping…

Écrire commentaire

Commentaires : 0