Lever 6h30... Le loir est probablement couché à cette heure. Grâce à mes boules Quiez, la nuit fut réparatrice. Le petit déjeuner “riz au lait” (1 € la boîte) me cale pour le reste de la journée. Départ vers 8h15. Nous retrouvons Jane et Robert qui ont passé la nuit à hauteur de la Cabane 1 de Clarans.

La Jasse d'Artaran
La Jasse (= pâturage) d’Artaran (1695 m) est en vue après deux heures de montée dans une pente très raide à travers une forêt de hêtre avant de déboucher au sommet dans un pré à genévrier. Là-haut, une source est renseignée et balisée (env. à 500 m). Pause au restaurant du plateau de Beille où avec Rémy, Jane et Robert, je savoure un café et un morceau de tarte aux myrtilles avant de poursuivre sur une longue piste en pente douce vers le Col de la Didorte (2093 m). Cette piste scintille des mille reflets de lamelles de micaschiste éclairées par le soleil. Dans la montée, de curieuses trottinettes tirées par des chiens me dépassent. À mon étonnement affiché, j’entendrai pour réponse « Ce sont des trottidogs... ».
Col de Fines
Cela fait une semaine que mon petit orteil gauche - encore lui - me crée des soucis et là, je n’en peux plus... J’enfile une autre paire de chaussettes mais rien n’y fait... Je poursuis néanmoins. Au-delà de la piste, les paysages sont tout simplement superbes, mêlant les « jasses » (pâturages) et des zones plus rocheuses et des vues sur les cols de la crête des Isards à 360°. En 5 heures de marche depuis Beille, le refuge de Rhule (2185 m) est en vue... sous une lumière exceptionnelle. J’y passerai la nuit avec mes compagnons de plusieurs jours, Jane, Robert, Rémy.

Bon à savoir
:
        Eau disponible au restaurant de Beille
        Source renseignée et balisée peu avant la jasse d’Artaran (-> 500 m)
        Nombreuses possibilités de bivouac entre la Cabane de Clarans et le refuge de Rhule.
        Source (tuyau) à la cabane de berger entre les Cols de Finestres et le col de la Didorte.

Écrire commentaire

Commentaires : 0