Vue du col de Coma d'Anyell vers les lacs
Nuit paisible et au sec dans ma cabane... Tellement sèche, qu’au petit matin, surprise, mes affaires trempées de la veille sont déshydratées ! Direction, à une demi-heure de là, le refuge CAF des Bésines pour me prendre un petit déjeuner... Loin de trouver l’ours que l’on m’avait décrit, le gérant du refuge s’avère aimable, souriant et au petit soin avec ses hôtes. Il doit être 8h15 quand je redémarre. Au programme : une mise en jambe de 2h30 de montée plein Est vers le Col de Coma d’Anyell d’où on plonge ensuite vers l’Étang de Lanoux. Je croise le jeune berger des environs non loin de la sa cabane (cabane de Rouzet) située à la croisée des GR10 et GR7. La direction du GR10 étant bien moins indiquée, nombreux sont les randonneurs qui s’embarquent tête baissée sur ce dernier. La vigilance s'impose donc à ce carrefour !

Etang de Lanoux

Le troupeau de brebis dont je veux enregistrer les sonnailles fuit à mon arrivée. Passé Merens et Andorre L’Hospitalet, nous quittons les Pyrénées ariégeoises pour entrer de plain pied dans les Pyrénées orientales. La transition est nette : finis, les grands dénivelés de l’Ariège !
Vallée de la Grave
Après le Col de la Grave se profile une superbe et longue descente dans la vallée du même nom (Vallée de la Grave) où le ruisseau a dessiné des méandres et creusé des mares éclatantes sous le soleil.

Quand le barrage de Bouillouse est en vue, apparaissent en nombre des marcheurs du dimanche, une concentration qui va croissant sans être envahissante au fur et à mesure que je me rapproche du but.
Barrage de Bouillouse
Repos des pieds et du ventre au bar-restaurant de l’hôtel Bones Hores avec une succulente omelette accompagnée d’une tarte aux myrtilles en dessert. Mais comme de tradition en fin de journée, le ciel s’assombrit en fin de journée et s’abat peu après une seconde pause café au refuge CAF des Bouillouses tout proche où je prends mon temps pour surveiller et évaluer l’évolution de la météo. Le temps passant, le courage me manque finalement de poursuivre dans l’humidité vers le « refuge de lÉtang de Pradeille (abri) » dont des randonneurs pensaient qu’elle était détériorée et souillée par des chevaux (le lendemain, je verrai que ce n’est pas le cas).

Aussi, je passerai la nuit en demi-pension (39,60 €) au CAF. Je ne le regretterai pas car vers 19h le ciel éructe à nouveau une pluie abondante. Une amélioration est en vue pour les prochains jours... En attendant, après la pluie, la brume s’installe...
Souper lasagne... Basique... Une cinquantaine de personnes passent la nuit ce soir dans le refuge... Discussion avec un grand hollandais solitaire, deux jeunes français...
Bon à savoir :
        Pas de source entre les Refuges des Bésines et de Bouillouses.
        Beaucoup de possibilités de bivouac sur cette étape (Étang de Lanoux, barrage de Bouillouse...).

Écrire commentaire

Commentaires : 0