Lever de soleil face au gîte Batère

J-3... Le compte à rebours vers Banyuls est lancé. Arles-sur-Tech présente toutes les facilités des bourgades (commerces, bars...), aussi je m’octroie une pause d’une heure à une terrasse après les trois heures de descente depuis le gîte de Batère. 11 heures sonnent à l'Église d’Arles quand je me remets en marche. Le soleil tape dur, l’air est sec et aucun vent ne vient rafraîchir l’atmosphère dans la montée interminable vers le Col de Paracolls (2 heures). Aussi, alors qu’habituellement j’ingurgite ½ litre d’eau pour trois heures de marche, ici ce sont mes 1 ½ litres qui y passent... et qui, à chaque gorgée, repartent illico presto en sueur. J’en rêve, mais il n’y a pas la moindre source d’eau dans la montagne pour se désaltérer.  Ce n’est qu’un peu avant le gîte de la Palette que quelques filets d’eau réapparaissent puis, enfin, la rivière vrombissante au pied du gîte... où je me jette en arrivant.
Vue sur Arles-sur-Tech
L’étape du jour marque une nouvelle transition au départ d’Arles-sur-Tech. La végétation devient clairement de type méditerranéen (garrigue, maquis...) avec l’apparition d’essences comme le chêne vert, le chêne-liège et des plantes aromatiques, comme les cystes, toutefois fanées en cette saison. Et pour confirmer encore un peu plus cette tendance, dans la rude montée vers le Col de Paracolls (870 m), j’entends au loin des guêpiers, oiseaux on ne peut plus méditerranéens !

Ecogîte de la Palette
Laurent et Catherine ont repris le gîte de la Palette (661 m) il y a deux ans pour progressivement le transformer en écogîte. Le petit pont de bois artisanal qui y mène donne l’impression de pénétrer dans le repère de Robinson Crusoé. L’absence d’informations sur la présence de sources d’eau ou de ruisseau ne me pousse pas à poursuivre mon chemin, d’autant que je ne suis pas pressé par le temps. Aussi, je camperai à proximité immédiate tout en profitant d’un bon dîner et petit-déjeuner bio au gîte.  La rivière toute proche est un délice et je profite également des cascades d’eau pour faire une lessive au naturel, entendez par là à la seule force du jet de celle-ci.

Se retrouvent autour de la table ce soir pour apprécier la cuisine originale et savoureuse de Catherine, les deux couples de Français de la veille et un cycliste.

Bon à savoir :
        Pas de source sur cette étape, avant et après Arles-sur-Tech.
        Éco-gîte de la Palette, un passage **** obligé !

Écrire commentaire

Commentaires : 0