Matinée brumeuse... Depuis plusieurs jours, et en haut du Canigou déjà, j’espérais voir la Méditerranée, destination finale... Sans succès, les vallées étant recouvertes d’une brume ou d’un brouillard épais.  Les éléments naturels entament une nouvelle fois les espoirs et la persévérance des randonneurs sauf que, aujourd’hui, c’est acquis, nous la verrons, la mer, les pieds dans l’eau s’il le faut !

Jane et Robert dans la brume...

Peu importe pour moi si les horizons sont bouchés. Cette météo n’est pas pour me déplaire, moi qui fuit le cagnard, même si elle n’offre que peu de visibilité sur les paysages. En l’absence de soleil, la randonnée n’en sera que plus agréable et ces flots de brumes qui naissent et disparaissant donnent une allure mystérieuse aux montagnes décorées de ses genévriers rampants et de ses houx taillés de formes artistiques par les troupeaux de bovidés...

Cette dernière étape, malgré son caractère méditerranéen prononcé, garde des difficultés montagnardes dignes de certaines étapes ariégeoises. Le Perthus nous avait déjà donné un avant-goût de retour à la société consumériste. Rien de tout cela ici, le contraste est moins violent,  les sentiers terreux du GR10 arrivant jusqu’aux portes de la cité sans passer par des banlieues tristes ou des zones industrielles grises...



Notre arrivée sur la plage de Banyuls ne passe pas inaperçue parmi les hordes de touristes en maillot de bain. Mais contrairement à Hendaye où il y a 3 ans j’étais seul et timoré à l’idée de me frayer un passage sur la plage parmi le flot de touristes bedonnants et luisants, ici nous arrivons en force. Ni une, ni deux, en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, mon sac à dos, aussi gros que le ventre rebondi de nombre de plagistes avachis est jeté sur la plage avant de courir à l’eau. Comme il se doit, nous immortalisons aussi ce moment par un flot de photos dignes des plus grands paparazzis devant la fresque de la mairie et sur la plage.

Arrivée à Banyuls plage !

Pour la première fois depuis des semaines nous pouvons replier et ranger nos précieux auxiliaires que sont les bâtons et bottines de marche... avant un nouveau départ, peut-être l’an prochain, vers de nouvelles destinations. À suivre...

Bon à savoir :
        Eau à 5 min. avant le refuge de la Tagnarède
        Eau 1 heure après le refuge de la Tagnarède (au col de la Massane - Massania)
        Eau encore à deux autres endroits avant Banyuls : source captée 15 min sous le Pic de Sallfort + 1 h avant Banyuls
        Refuge de la Tagnarède : TTB !
        Zone de bivouac intéressante à hauteur du point d’eau, 5 min avant le refuge de la Tagnarède (table et zone de pique-nique).
        Hôtel (Rue Saint-Pierre ?) - chambre 3 personnes, 23 € / personne

Écrire commentaire

Commentaires : 0