Je passerai une nuit en dents de scies malgré mon épuisement de la journée. 6h30, je me lève. Mes compagnons de chambrée, eux, sont partis dès 4h00 du mat pour faire une rando-alpinisme autour de l’Aneto. Le temps de déjeuner et de ranger mes affaires, je démarre à 7h30. Après deux jours le bilan de santé n’est pas brillant : une cloche au petit doigt de pied droit et une autre en préparation sur l’autre pied et, ajouté à cela, les muscles « cassés » de mes cuisses et de mes mollets. Je suis comme un petit vieux courbaturé sur ses bâtons de marche aux prises avec les cailloux de la piste. 


En chemin, une 4x4 me croise et propose de m’amener dans la vallée.
  Con mucho gusto, car la piste n’a rien d’original et je sais que le Port de Gistain que je dois passer à 2590 m risque aussi d’être enneigé. Je crains que les marques du GR ne soient entièrement recouvertes par la neige et j’espère qu’Arthuro et d’autres randonneurs devant moi auront tracé la voie.

Vers 12h00, j’arrive au
Refuge d’Estos (1890 m) où je me prends un cafe con leche et des biscuits au chocolat. Ce sera mon seul repas de la journée après mon petit déjeuner « pâtes » de ce matin car la faim, étonnamment, ne me tiraille pas le ventre. Une demi-heure plus tard, je redémarre et durant toute la montée vers le Port de Gistain, je dois me battre avec une fine pluie d’abord, avec les vastes névés que je dois grimper dans l’axe de la pente, ensuite. Je distingue des traces fraîches que je suis, peut-être celles d’Arthuro. Rando fatiguante, mais sans grand risque me semble-t-il...  Arrivé au col, il me faut descendre plein ouest d’abord par un névé puis par le GR dont je retrouve les traces à gauche des crêtes.

Comme toujours, les descentes me paraissent plus difficiles que les montées, d’autant plus avec des ampoules aux pieds. J’hésite à planter ma tente aux
Agnes Cruces, au fond de la vallée. Mais les terrains sont médiocres et, même si mes membres me font mal, mon mental me dit que je peux continuer. Objectif : les Granges de Viados.

Objectif atteint à 18h00. Je plante la tente au début des Granges où je trouve un petit terrain plat à proximité de la rivière. Sur une butte au loin, à 10 minutes environ, le
Refuge de Viados. La fatigue me tombe dessus rapidement. Aie... toujours mes muscles et mes épaules endoloris par mon sac à dos, trop lourd...

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Patrice83 (lundi, 29 août 2016 18:26)

    Le 21/08/2016, 1h15 avant le refuge de Viados, à l'intersection de 3 torrents descendant l'un du port de Gistain, le second du port d'Aygues-Tortes au nord le troisième du col du Signal de Viados, continuer vers le refuge de Viados, avant un bombement herbeux (2120m), vous avez la cabane d'Anescruzes,sur une hauteur qu'il faudra repérer en descendant du col de Gistain, 4pl, cheminée, un sommier, eau au torrent