6 heures au lieu des 4 prévues : sac à dos trop lourd, ampoules douloureuses... les données inhibitrices d’une rando optimale n’ont pas changé !  Des orages sont annoncés dans la journée. Aussi, je souhaite arriver tôt au camping de Zuriza ! Début un peu laborieux. La faute aux imprécisions du topo-guide et au balisage, absent dans la montée vers le plateau herbeux. En clair, il n’y a pas de balisage et il faut grimper tout droit, azimut NNW. Sur le plateau herbeux qui surplombe une bâtisse en pierre occupée par des vaches, le balisage reprend. Le soleil est voilé, caché derrière des nuages qui sont en train de se former. Lumière belle et douce pour les photos... mais annonciatrice d’une météo moins avantageuse.

Sous le Col (Collada de Petraficha), une carcasse de brebis git dans la caillasse, la peau sur les os. Et une odeur forte se dégage des lieux, pas celle du cadavre vidé de sa substance mais plutôt un relent de guano.  Mon regard scrute les environs : des fientes blanches sur de gros cailloux, des plumes dans l’herbe dont certaines de grande taille (env. 40 cm de long)... La reconstitution du « crime » est aisée : ici s'est rassemblé un groupe de vautours qui se sont disputés la dépouille de la pauvre bête.  La vue du col à 360° est superbe. Les montagnes calcaires qui se profilent à l’horizon sont comme de grosses molaires grises. Malheureusement, le sentier encombré de cailloux et les ampoules aux pieds m’empêchent d’avancer rapidement. Je ne suis pas pressé, il faut juste que j’arrive avant l’orage.

Camping de Zuriza en vue, 15h l’orage tonne, brouhaha général, refuge au bar du camping pour le reste de l'après-midi... Ella Maillart, avec Croisières et Caravanes, me détourne vers d’autres horizons : Kirghizstan, Turkestan, Chine... D’autres montagnes, d’autres aventures palpitantes...

Bon à savoir
 : source au pied du Col de Petraficha + source le long de la piste entre Refugio de Texaras et le Camping de Zuriza.

Écrire commentaire

Commentaires : 0