Petite journée de marche... Beaucoup de pistes, de plus en plus même ! Sentiers entre fougères et châtaignier et, de temps à autre, un chêne majestueux. Trois heures de marche pour arriver à une « aire de repos » (table de pique-nique et fontaine) peu avant « Caseria Gorra », une ferme habitée et gardée par un chien grincheux. Mes bâtons de marche sont prêts à défendre mes mollets...  En chemin, je croise un grenoblois, habitué des montagnes et lesté de... 28 kg sur le dos ! Du coup, je me sens plus léger quand je redémarre ! Et peu après deux américains d’à peine 20 ans respirant la fraicheur et l’insouciance de la jeunesse.


Le Col de Lizarrieta (441 m) est atteint vers midi, après environ 5 heures de marche. Et le bar de la Venta de Lizaieta est ouvert ! N’étant pas pressé d’arriver à Irun, mon train n’étant que dans 5 jours, je passerai l’après-midi à me reposer sur la terrasse, cool... J’y croiserai d’autres randonneurs. D’abord deux randonneurs français de la région de Bayonne. Et en échangeant nos expériences, je me rends compte qu’il s’agit des deux personnes qui me précédaient peu avant le Col de l’Infierno le 23 juin et dont je suivais religieusement les traces dans la neige avant de les perdre au Col de Tabarray. Ils me confirmèrent que mon diagnostic était bon : sans crampons, le passage après le col était particulièrement délicat ! Ensuite, deux compatriotes flamands, l’un excellent connaisseur des Pyrénées parti pour 70 jours de montagne entre GR et HRP. Un véritable passionné !

17h00... Bon, il serait peut-être temps de songer à planter la tente avant l’arrivée de la pluie. Difficile de décoller de la terrasse... Je n’irai pas très loin, à peine à 200 m où une pelouse borde le GR 11 à proximité de grands hêtres...

Bon à savoir : Tronçon bien balisé. Table de pique-nique et fontaine 3 heures après mon lieu de bivouac (« grange-fontaine »), peu avant la ferme « Caseria Gorra ». 

Écrire commentaire

Commentaires : 0