Dernière « ligne droite » avec une « montagne » à gravir par l’une de ses maudites pistes. Le ciel est gris mais retour du grand beau temps pour mon arrivée au Cap Higuer. Peu après l’entrée d’Irun, le balisage s’arrête net. C’était trop beau, ce nouveau balisage en Navarre ! Je tourne dans les rues avant de tomber sur la Calle Colon qui file vers Hondarribia où je tourne à nouveau en fonction des informations contradictoires des gens du coin, tous prêts à m’aider !  J’arrive finalement à hauteur de la plage d’Hondarribia. Retrouverais-je le balisage ? Nenni ! Ce n’est qu’au bout du port qu’il réapparait comme par enchantement. 
Là-haut, au bout de la route, le phare Higuer et son cap qui terminent après 40 jours et 800 km de marche, de neige, de poussière et de sueur mon objectif étalé sur deux ans ! A moi maintenant un repos bien mérité. Direction, à 100 mètres, le Camping Faro de Higer, face à l'immensité de l'océan. Un petit paradis !

Écrire commentaire

Commentaires : 0