Après une nuit dans cet agréable refuge de montagne, l’heure est venue de redescendre et de quitter ces paysages enchanteurs et ce logement de montagne****. Les paysages, en redescendant jusqu’à hauteur du refuge de Val Ferrera restent grandioses avec ses prairies montagnardes, ses rhododendrons se mélangeant aux pins et sa rivière éclatante. A hauteur de Val Ferrera où je fais une pause, je croise un suédois de 65 ans qui, malgré son âge, randonne et bivouaque en totale autonomie durant plusieurs jours sur le GR et les HRP des environs. Aurais-je encore cette capacité ou l’envie de faire de même lorsque j’aurai son âge ?


De Val Ferrera au village d’Areu, mes pas traversent des forêts de pins relativement monotones. Je ne suis pas mécontent d’arriver au camping d'Areu car mes vêtements « transpirent » littéralement. Priorité des priorités, une douche et la lessive, of course !

L’après-midi se passe calmement au camping avec une incursion au village pour faire le plein de victuailles pour les prochains jours. Le soir, le courage me manque et je m’enfile une pizza – médiocre – au bar resto du camping alors que c’est d’une énorme salade dont je rêve… Contradictions, quand tu nous tiens… Je veux me coucher tôt mais c’est sans compter sur la présence en cet fin de semana d’un groupe de jeunes espagnols particulièrement bruyants qui firent la fiesta jusqu’à minuit. Ras le bol, des campings dont le seul intérêt finalement est de pouvoir prendre une douche. Demain, c’est décidé, je bivouaque !

Écrire commentaire

Commentaires : 0