Cette nuit à l’hôtel m’a requinqué. Et comme mise en jambes, une montée de plus d’une heure m’attend jusqu’au village de Jou. Je déchante ensuite car il me faut marcher sur le bitume sur plusieurs kilomètres. Tout en marchant je fais du stop. Trois voitures passent, aucune ne s’arrête… ¾ d’heure plus tard, le GR quitte la route et grimpe vers le village d’Estaïs avant de redescendre vers le camping la Mola alors que mon topoguide m’envoyait marcher erronément sur la route jusqu’à ce camping. Fort heureusement car Estaïs est un très beau village et j’évite ainsi plusieurs km de route !

Espot
n’est plus très loin, 30 minutes tout au plus. Petit plaisir en arrivant dans ce village aux multiples magasins, hôtels et restaurants : je me prends un, que dis-je, deux cafe con leche à la terrasse d’un bar ! Les prochaines étapes ne présentent pas de possibilité de ravitaillement, aussi je fais le plein de provisions pour les trois prochains jours. A la sortie d’un magasin, je croise deux jeunes belges d’Anvers qui marchent aussi sur le GR.
Je quitte le village vers midi. Après quelques centaines de mètres de bitume, le GR se poursuit sur un sentier qui grimpe lentement vers le Parc d’Aigues Tortes. Je distingue déjà les superbes Aiguilles d’Encantats, l’un des points remarquables des environs qui domine le Lac San Maurici à l’eau si limpide qu’on y plongerait volontiers après des heures de marche. Le temps est menaçant et bientôt l’orage s’abat en plusieurs vagues successives. Partout où je porte mon regard le ciel est couvert. Il est imprudent de monter plus haut ce soir, je change donc mes plans : j’irai dormir au Refuge Ernest Malafré. S’y trouvent déjà un groupe de randonneurs français accompagnés d'un guide de montagne, les deux jeunes belges néerlandophones croisés précédemment (Jelle et Dimitri), un autrichien, deux anglais et quelques espagnols… Et, arrivant plus tard que tous les autres, Alain, un francophone à la chevelure ébouriffée que je prends d’abord pour un français. Après quelques minutes de discussion : Ah bon, toi aussi t’es belge ? Lui de la région namuroise, moi de Bruxelles. Avec les deux flamands, la Belgique est bien représentée l’espace d’un soir par ses trois régions et deux de ses communautés, bien loin des problèmes institutionnels habituels ;-)

Bon à savoir : Contrairement à ce qu’indique le topo-guide, le GR emprunte un sentier qui passe par le village d’Estaïs ce qui permet d’éviter de marcher plusieurs km sur la route !

Écrire commentaire

Commentaires : 0