Aujourd’hui, c’est une journée sans grande difficulté objective : pas trop de montées, beaucoup de bons chemins plats… RAS… sauf que je ne prends pas autant mon pied que par le passé à marcher.

Deux heures après mon départ matinal, j’arrive à Moli d’en Robert où j’espère trouver le restaurant ouvert pour me prendre un café. Je déchante, il est trop tôt… Je m’installe sur une des tables de pique-nique, sort mon camping gaz et me prépare mon petit-déjeuner. Le café qui auparavant aurait titillé mes papilles est remplacé par des envies de grands verres de tonic avec glaçons. Cette image m’accompagne toute la matinée et je déchante à nouveau en arrivant à Sant Andreu d’Olivetta où il est sensé y avoir un restaurant. Je peste sur le topo-guide car je ne vois aucun resto et que je n’ai pas fait le plein d’eau en espérant en trouver ici… Comme le soleil joue à cache-cache avec les nuages, heureusement, je suis moins assoiffé que les jours précédents.
 

Je dois être en pilotage automatique car à la sortie du village, je perds le balisage rouge et blanc du GR et sans que je ne m’en aperçoive tout de suite, je suis embarqué sur une longue piste… Quand je m’en rends compte, je dois certainement avoir marché une demi-heure et l’idée de faire marche-arrière ne m’enchante pas, d’autant qu’en analysant la situation avec le topoguide et ma boussole, je suis convaincu d’être dans la bonne direction, voire sur le bon chemin… Tant pis, je prends le risque de continuer, au pire la piste doit mener à un autre village. Ma piste passe sur un pont bordé de rambardes vertes et monte ensuite dans la montagne. Et au sommet, miracle, une marque rouge et blanche, peu marquée certes, mais bien réelle. Probablement un ancien tronçon ou une variante… Dans ce cas, les deux GR, l’ancien et le nouveau, devraient se croiser plus loin. Dans mon « malheur », je découvre une fontaine où je fais le plein d’eau… et 2 à 300 mètres plus loin, les marques du GR, apparentes et un panneau qui indique le village d’ « Albanya » !

Quand j’atteins le village, je m’engouffre dans un bar où se trouvent un autochtone et une jeune cycliste catalane… dont je n’arrive pas à croiser le regard, la garce ! ;-) Le temps de manger un bocadillo, de me rafraichir le gosier et de faire quelques courses au magasin du village, je redémarre, direction le Camping Bassegoda.

A la sortie du village, je recroise la catalane en train de réparer une crevaison de pneu. Aurais-je un regard trop perçant ? Non et je vous jure, je n'y suis pour rien ;-) En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, je suis au camping. Se succèdent rapidement montage de tente, douche… pour savourer un bon tonic face à la piscine. Et dire que demain m’attend un dénivelé de 1000 mètres…


Bon à savoir : le topoguide renseigne un restaurant à Sant Andreu d’Olivetta. Pas vu de resto !

Écrire commentaire

Commentaires : 0